Petite France : tombez sous le charme

previous arrow
next arrow
Slider

Présentation

Avec ses rues pavées, ses vieilles maisons à colombages du XVIe siècle et ses canaux serpentant dans le quartier, la Petite France possède un charme qui en fera craquer plus d’un. On ne résiste donc pas au plaisir de s’assoir à une terrasse pour boire un verre. On peut observer la rivière couler entre les vieilles maisons alsaciennes.

De plus, À l’extrême Sud, on trouve les célèbres Ponts Couverts de Strasbourg. Sur la rive située en face, on observe l’architecture moderne et originale du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg.

Enfin, le quartier de la Petite France n’est situé qu’à quelques minutes de marche du centre de Strasbourg.

Ainsi donc, la Petite France est un réel passage obligé si vous souhaitez visiter Strasbourg.

Anecdotes historiques 

Saviez-vous qu’autrefois le quartier de la petite France était un véritable coupe-gorge dans lequel il ne valait mieux ne pas passer la nuit ? Or un soir, Jean-Jacques Rousseau, qui 2tait pourchassé par la police pour avoir publié son Contrat Social, dû emprunter cette rue car les soldats patrouillaient dans les rues alentours. Et ce qui devait arriver arriva : bien vite une troupe de bandit le pris en embuscade et lui demanda sa bourse. Mais au lieu de s’exécuter le philosophe leur dit :

« Savez-vous pourquoi je suis ici ? ».

Les bandits répondirent en riant : « Pour nous donner ton argent monseigneur ! »

Mais Rousseau leur dit : « Non mes amis. Parce que je suis pourchassé par les gardes royaux qui patrouillent alentour ».

Sur quoi les bandits cessèrent de rire. « Par les gardes royaux ? », répondirent-ils, « nous sommes frères de tous les fugitifs du monde mon ami. Et qu’as-tu donc fait pour être ainsi recherché ? »

Rousseau répondit : « j’ai publié un livre où j’explique qu’il faut libérer le peuple des tyrans capétiens pour lui donner la liberté, l’égalité et le pouvoir politique ».

Sur quoi les bandits, pris d’une soudaine admiration, le laissèrent non seulement passer, mais l’aidèrent en plus à quitter la ville et à se réfugier en Suisse sans encombre.